Ces dernières années, on entend de plus en plus ce terme de « microbiote » en lien avec nos intestins. Mais que signifie-t-il ? Que désigne-t-il ? En quoi est-il si important ?

Définition du microbiote intestinal

Le microbiote intestinal désigne l’ensemble des micro-organismes (bactéries, champignons non pathogènes, parasites, virus) qui vivent dans les intestins. Il renferme entre 1 et 100 billions de micro-organismes, pour un poids total de 2 kg ! Une bien belle démographie…

Le microbiote intestinal est certes le plus conséquent, mais n’est pas le seul que notre organisme possède. Vous pouvez retrouver ce type d’organisation au niveau de la bouche, de la peau ou du vagin chez les femmes.

Le microbiote intestinal est comme une empreinte digitale : unique. Chaque individu à sa propre signature (non, il ne s’agit pas ici des traces laissées sur les parois des toilettes…).

Microbiote ou flore intestinale : quelle différence ?

La flore intestinale, ou microflore intestinale, est l’ancien nom du microbiote. Donc si vous voulez sonner plus « actuel », utilisez ce dernier !

Quel est le rôle du microbiote ?

A l’heure actuelle, nous savons assez peu de chose à son sujet, mais les études pour percer ses secrets sont de plus en plus nombreuses.

Même si son rôle le plus évident concerne la digestion, il semble être très étroitement lié aux fonctions immunitaire, métabolique et neurologique. Ainsi, l’altération de la flore intestinale est une piste très sérieuse pour mieux comprendre d’où viennent de nombreuses maladies, notamment inflammatoires ou auto-immunes. Dans ces cas-là, il est souvent question de perméabilité de la paroi intestinale.

Ce n’est pas pour rien que l’on qualifie parfois les intestins de « deuxième cerveau ».

L’importance d’une alimentation saine

C’est en grande partie notre alimentation qui définit le type de micro-organismes qui peuplent nos intestins. C’est pourquoi, une alimentation saine et non-toxique est si importante pour rester en bonne santé au quotidien.

Il convient donc de limiter les produits industriels transformés et de favoriser une alimentation « proche de la nature ».